L’hippothérapie, ou le cheval-thérapeute

Vous avez peut-être déjà suivi des séances de réadaptation (ergothérapie, physiothérapie ou kinésithérapie) en gymnase, à la suite d’une blessure, par exemple. Il faut l’avouer, ce n’est pas toujours rigolo – même pour un adulte qui peut rationaliser l’utilité de la thérapie et comprendre que « c’est pour son bien ». Mais imaginez un enfant de 2 ou 3 ans dans la même situation… Cela peut facilement tourner au cauchemar (j’en ai fait l’expérience !). Sauf si le gymnase en question est remplacé par… un cheval !

Quand équitation rime avec réadaptation

Sans selle, les mouvements du cheval sont transmis plus facilement. © Anne Rouleau

Le cheval a la particularité de reproduire le mouvement de la marche humaine de façon très similaire. Cette caractéristique permet d’utiliser le cheval comme véritable « plateforme thérapeutique vivante » afin d’améliorer diverses fonctions motrices (contrôle du tronc et de la tête, tonus, équilibre, posture, etc.).

Le principe de l’hippothérapie est le suivant : le patient est installé sur une couverture posée directement sur le cheval, sans selle, afin de bien sentir le mouvement de l’animal. Le thérapeute module ensuite les mouvements du cheval (vitesse, direction, cadence) pour provoquer des réactions précises chez le patient et ainsi travailler les habiletés motrices. Par exemple, le thérapeute peut demander au cheval de faire une série d’arrêts brusques afin de forcer le patient à tenir son équilibre en posant les mains devant lui.

Indirectement, la présence de l’animal et l’aspect ludique de la situation améliorent bien souvent à eux seuls la collaboration du patient au traitement. Je l’ai observé, certaines personnes en viennent à faire des exercices très exigeants presque sans s’en rendre compte !

Des chevaux rigoureusement sélectionnés

Mais ne devient pas cheval-thérapeute qui veut. Tous les animaux appelés à accomplir certaines tâches précises avec des humains – comme Norton, notre « collègue » apprenti chien-guide dont on vous a parlé dans un précédent billet – sont sélectionnés en fonction de critères précis. Les chevaux sont d’abord choisis en fonction de leur morphologie (gabarit, hauteur, symétrie) et de leur démarche. Comme l’humain, chaque cheval a en effet une démarche unique, qui peut convenir ou non à certains types de thérapies.

Les chevaux doivent aussi faire preuve d’un excellent caractère : le cheval qui reçoit de jeunes enfants, par exemple, ne doit pas broncher lorsqu’il entend des pleurs ou lorsqu’on lui tire un peu la crinière !

Hippothérapie ou équitation thérapeutique ?

L’hippothérapie se distingue d’une autre pratique similaire, l’équitation thérapeutique ou équithérapie, qui vise plutôt à enseigner des habiletés équestres à des personnes présentant diverses limites physiques ou cognitives – en ce sens, l’équithérapie s’approche davantage de la zoothérapie. L’hippothérapie est quant à elle prescrite et appliquée par un professionnel de la santé pour atteindre des objectifs de réadaptation spécifiques.

Pour en savoir plus…

L’hippothérapie : la thérapie sourire (blogue Hinnovic)
L’hippothérapie : le cheval comme outil de réadaptation (reportage radio de Radio-Canada)
Association canadienne d’équitation thérapeutique
Fédération québécoise d’équitation thérapeutique
Société française d’équithérapie
American Hippotherapy Association

Cette entrée a été publiée dans Animaux, Santé, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à L’hippothérapie, ou le cheval-thérapeute

  1. Ping : Le Croc du Loup » Blog Archive » L’hippothérapie, ou le cheval-thérapeute, cet extraordinaire animal !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current month ye@r day *

L'équipe du blogue ikonet aime recevoir vos commentaires et vos questions, tant qu'ils respectent les quelques règles suivantes :
  • Les propos racistes, sexistes, homophobes, injurieux, diffamatoires, vulgaires ou inappropriés sont interdits ;
  • Le harcèlement, les attaques personnelles et les incitations à la haine sont interdits ;
  • La divulgation d'informations confidentielles et/ou protégées par une loi est interdite ;
  • Les propos n'ayant aucun rapport avec le sujet abordé par l'auteur ou s'adressant uniquement à un petit groupe d'internautes sont interdits ;
L'équipe du blogue ikonet se réserve le droit de supprimer, sans préavis, les commentaires qui ne répondent pas à une ou plusieurs de ces règles, et de modifier ces dernières.

Au plaisir de vous lire !

L'équipe de blogue ikonet