Histoire d’expressions… la suite !

Ça y est, le printemps est VRAIMENT arrivé, j’en mettrais ma main au feu ! Enfin, après plusieurs jours de vent à écorner les boeufs, le beau temps est finalement des nôtres. J’ai même vu une hirondelle hier. Sauf que bon, l’hirondelle ne fait pas le printemps, dit-on… mais au fait, d’où vient cette expression ? Que les ours mal léchés qui s’en fichent comme de l’an 40 retournent hiberner, parce que c’est l’heure d’une capsule « histoire d’expressions » !

L’hirondelle ne fait pas le printemps

Un oiseau migrateur qui se fout du calendrier

Cette expression, qui existait déjà chez les Romains et en Grèce antique, m’a longtemps laissée perplexe. En effet, dans mon coin d’Amérique du Nord, les premières hirondelles font leur apparition à la fin mai, voire en juin… quel lien avec le début du printemps ? Un indice sur l’origine de ce proverbe : des variantes existent dans plusieurs pays et dans plusieurs langues, une des versions anglaises faisant notamment passer la saison en question du printemps à l’été (one swallow does not make summer).

Vous avez deviné ? En fait, l’expression fait référence aux habitudes de migration de l’hirondelle, un oiseau qui passe l’hiver dans des régions proches de l’équateur, pour ensuite venir nidifier plus au Nord quand le temps s’y réchauffe. Selon l’endroit du monde où vous vous trouvez, le moment de l’année où apparaîtront les premières hirondelles variera donc. Dans mon cas, mes hirondelles noires allaient passer leur hiver dans les Caraïbes, et n’étaient apparemment pas trop pressées de rejoindre nos latitudes nordiques.

L’exception qui ne confirme pas la règle

Mais bon, quelle que soit la saison dont il est question, le sens de l’expression demeure le même, soit qu’apercevoir une hirondelle ne suffit pas à confirmer l’arrivée de la belle saison. Autrement dit, un seul exemple ne suffit pas pour déduire une généralité.  Après tout, comment savoir s’il ne s’agissait pas d’une hirondelle qui, incapable de migrer, aura survécu à un hiver dans le Nord ? Ou encore d’un spécimen particulièrement énergique qui aura devancé ses congénères de quelques semaines ?

OK : deux lettres qui en disent long…

OK, je comprends ! Et au fait, ça vient d’où, OK ? Pas du latin, cette fois. Cette expression, plutôt courte je l’admets, serait dérivée de termes anglais. Ou grecs… ou français… Bref, une bonne part de mystère plane toujours…

En 1839, on a relevé la première utilisation de l’expression dans un imprimé, le journal américain Boston Morning Post : elle était alors utilisée comme abréviation de oll korrect, une expression familière britannique signifiant tout va bien. D’autres sources affirment que OK signifierait plutôt 0 killed (zéro mort) et viendrait d’une expression utilisée parmi les militaires pour signifier que leurs troupes n’avaient subit aucune perte dans une bataille.

Du côté de la langue grecque, ce serait les mots Ola kala (c’est bon, ou tout va bien), une expression utilisée par les marins et les poseurs de rails, qui serait abrégée en OK. Sur les chemins de fers, tous les rails posés correctement par les équipes grecques auraient arborées ces deux lettres, qui seraient ensuite entrées dans le vocabulaire anglophone américain, avant de se répandre à travers le monde.

Si on ajoute à ça tous les « Otto Kaiser »  (chef d’entreprise américain) et autres « Old Kinderhook » (surnom du président américain Martin Van Buren) qui ont utilisé le OK comme sceau d’approbation, on comprend que l’expression se soit répandue… et son sens, perdu !

Comme qu’on dit par che nous…

Sur le site Internet de Radio-Canada s’est récemment tenu un concours visant à débusquer les perles du terroir national… et franchement, on aurait pu faire un collier avec les réponses reçues ! Je voulais vous en présenter quelques unes, mais comment choisir entre « Il a pas inventé le reculons sur les homards », « Le temps se traîne sur le faîte des buttes » et « Hâle-toi une bûche » ? T’cheu aria, comme dirais l’autre ! Je vous invite donc à aller découvrir le sens de ces joyaux locaux sur le site du concours, et à nous faire part de vos expressions préférées dans les commentaires ci-dessous : qui sait, elles feront peut-être partie de la prochaine cuvée de « Histoires d’expressions ».

Cette entrée a été publiée dans Animaux, Culture, Environnement, Langue, Société, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Histoire d’expressions… la suite !

  1. Anne dit :

    Très intéressant! Je vois que la relève est assurée ;-D

  2. Ping : Blogue Ikonet - Le savoir illustré !

  3. Ping : Histoire d'expressions 4

  4. superman dit :

    super je ne savait pas d’ou venait l’expresion OK

Répondre à Myriam Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current month ye@r day *

L'équipe du blogue ikonet aime recevoir vos commentaires et vos questions, tant qu'ils respectent les quelques règles suivantes :
  • Les propos racistes, sexistes, homophobes, injurieux, diffamatoires, vulgaires ou inappropriés sont interdits ;
  • Le harcèlement, les attaques personnelles et les incitations à la haine sont interdits ;
  • La divulgation d'informations confidentielles et/ou protégées par une loi est interdite ;
  • Les propos n'ayant aucun rapport avec le sujet abordé par l'auteur ou s'adressant uniquement à un petit groupe d'internautes sont interdits ;
L'équipe du blogue ikonet se réserve le droit de supprimer, sans préavis, les commentaires qui ne répondent pas à une ou plusieurs de ces règles, et de modifier ces dernières.

Au plaisir de vous lire !

L'équipe de blogue ikonet