Géocaching : la chasse au trésor moderne

© Tourmente117Si je vous dis « chasse au trésor »… vous vous imaginez naviguant au milieu de mers déchaînées tel Jack Sparrow, ou affrontant les jungles les plus denses comme Indiana Jones ? Vous pouvez ranger votre sabre et votre fouet ! De nos jours, la chasse au trésor la plus courue est le géocaching et l’arme des géocacheurs est… le GPS ! Ces aventuriers d’un nouveau genre parcourent les sentiers, non pas à la recherche de pièces d’or, mais en quête de géocaches. Et si dénicher ces caches peut parfois devenir acrobatique, le pire ennemi des géocacheurs est, non pas un bandit sanguinaire, mais l’impatience…

Des pirates high-tech

Le géocaching est un loisir relativement récent. Il n’est apparu que lorsque l’usage du GPS (géopositionnement par satellite) est devenu accessible à tous, en 2000. Cette activité consiste a repérer ou à dissimuler des contenants, les géocaches, dans divers endroits à travers le monde.

Une géocache est généralement constituée d'une boîte hermétique contenant un crayon, un taille-crayon, un carnet de bord, une fiche d'information et des petits objets.

Pour participer, c’est simple. Il suffit de s’inscrire sur le site officiel www.geocaching.com, d’y choisir une cache, d’entrer ses coordonnées géographiques dans un GPS, et de partir à sa recherche. Au terme de la promenade, la cache vous attend, dissimulée dans un arbre, sous une roche, dans une fausse buche… ! Après avoir rempli le carnet de bord, vous pourrez échanger une des babioles qu’elle contient contre une autre, avant de replacer discrètement la géocache exactement où vous l’avez trouvée. Avec un peu de chance, vous trouverez un Travel Bug ou une géopièce, et pourrez l’aider à atteindre son but (faire le tour du monde, rejoindre un endroit précis…) en la disposant plus tard dans une autre géocache. Vous pourrez même suivre sa progression sur le site Web.

Une autre façon de voyager

Le géocaching est accessible à presque toutes les bourses (moyennant l’achat d’un récepteur GPS pour moins de 200 $). Il attire autant les voyageurs solitaires que les familles, et autant les amants de la nature et de la randonnée que les maniaques de l’électronique. Cette activité incite à mettre le nez dehors et permet de découvrir de nouveaux lieux, souvent hors des sentiers battus. Pour ceux qui créent des géocaches, c’est une façon de faire connaître leur coin de pays : un point de vue, une vallée pittoresque, un lieu historique, etc. Le géocaching présente aussi l’avantage d’être praticable sans contrainte de temps et à toute saison.

Cette géopièce a été produite par la Société du patrimoine urbain de Québec pour le 25e anniversaire de son inscription sur la liste du Patrimoine de l'UNESCO.

On peut dire que cette activité a le vent en poupe. Au Québec, le nombre de géocaches est passé de moins de 10 000 en 2007 à plus de 25 000 aujourd’hui. Et le réseau officiel compte 1 million de géocaches à travers la planète. Si bien que plusieurs organismes ont créé des circuits de géocaching touristiques, permettant au public de découvrir des lieux patrimoniaux comme le centre-ville de Québec, la ville fantôme de Val Jalbert ou encore la Maison Chapais près de Kamouraska.

Et vous, êtes vous tenté de devenir géocacheur cet été ?

Cette entrée a été publiée dans Actualité, Culture, Environnement, Famille, Géologie, Histoire, Loisirs, Modes et tendances, Plein air, Technologies, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Géocaching : la chasse au trésor moderne

  1. Camara Moïse dit :

    je m’interesse beaucoup a sa

    • Ophélie dit :

      Bonjour,
      Oui, il est vrai que lorsqu’on commence à s’ intéresser au Géocaching, on attrape vite la piqûre ! J’ai moi-même tenté de découvrir deux caches près de chez moi… sans succès ! Mais ce n’est que partie remise…

  2. Magic dit :

    Est-ce que les GPS marchent partout, même dans le fin fond des bois?

    • Ophélie dit :

      Tout à fait ! Une personne équipée d’un récepteur GPS peut trouver sa localisation et s’orienter n’importe où sur terre, mais aussi en mer, dans l’air et aussi dans l’espace à proximité de la Terre !

  3. TofLaBeuze dit :

    Juste une petite nuance, les GPS ne fonctionnent pas « complètement » au fin fond des bois, cela dépend quand même de la réception satellite, c’est à dire que ces satellites doivent être suffisamment visible pour avoir une bonne précision : sous les arbres, ou sous les nuages, ça capte mais c’est plus long à obtenir et moins précis en général.
    Mais le géocaching est un formidable virus :-) ))

Répondre à Camara Moïse Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current month ye@r day *

L'équipe du blogue ikonet aime recevoir vos commentaires et vos questions, tant qu'ils respectent les quelques règles suivantes :
  • Les propos racistes, sexistes, homophobes, injurieux, diffamatoires, vulgaires ou inappropriés sont interdits ;
  • Le harcèlement, les attaques personnelles et les incitations à la haine sont interdits ;
  • La divulgation d'informations confidentielles et/ou protégées par une loi est interdite ;
  • Les propos n'ayant aucun rapport avec le sujet abordé par l'auteur ou s'adressant uniquement à un petit groupe d'internautes sont interdits ;
L'équipe du blogue ikonet se réserve le droit de supprimer, sans préavis, les commentaires qui ne répondent pas à une ou plusieurs de ces règles, et de modifier ces dernières.

Au plaisir de vous lire !

L'équipe de blogue ikonet