Le soleil et les nuages : c’est recyclable !

L’eau et la lumière : deux ressources essentielles à la vie humaine. Pourtant, il existe des endroits où ces deux besoins sont plutôt difficiles à combler  : dans des villages plongés dans l’ombre d’une montagne, par exemple, ou encore dans des communautés situées en altitude, loin de sources naturelles. Qu’à cela ne tienne, la nécessité est mère de l’invention, comme dirait l’autre. Avec un peu d’astuce – et de patience, on vient à bout de tout !

Miroir, miroir, dis-moi où il fait soleil

De l’ombre à la lumière : le village de Viganella

Le village de Viganella, dans les Alpes italiennes, est situé au fond d’une vallée : l’ensoleillement dont il bénéficiait chaque jour était plus que limité. Je dis « bénéficiait », parce que depuis 2006, tout a changé ! En effet, grâce à un miroir géant motorisé et contrôlé par un système informatique, la place centrale du village est désormais baignée de rayons solaires de l’aube au crépuscule. Avant l’installation de cet appareil, les villageois étaient carrément privés de soleil du 11 novembre jusqu’au 2 février : de quoi susciter tout un coup de blues hivernal.

 

Le village de Rjukan et son rayon de soleil

Dans le village de Rjukan, en Norvège, un projet similaire a été réalisé, permettant aux résidents d’avoir enfin accès à un peu de soleil en hiver. L’idée n’est pas neuve : il en était déjà question au moment de la fondation de la ville, en 1905. Mais il aura fallu attendre 2013 pour que les ressources technologiques et financières nécessaires à sa réalisation soient disponibles. Cent mètres carrés de miroir réorientable plus tard, la lumière fut !

Les 400 citoyens de Rattenberg, village autrichien n’étant JAMAIS touché par les rayons du soleil, doivent donc garder espoir… mais devraient peut-être envisager l’achat d’une lampe de luminothérapie, en attendant. Et vive les antidépresseurs naturels

Attrapez ce nuage !

Le soleil, c’est bien beau, mais ça donne soif. Dans certaines régions du monde, s’approvisionner en eau potable représente tout un défi. Des chercheurs canadiens ont contribué à mettre au point une solution durable – et hautement écologique ! Après avoir testé la technique sur les flancs des monts Sutton, Tremblant et Roundtop, au Québec, afin de s’assurer de la qualité de l’eau que contenaient les nuages, leurs « capteurs de brouillard » ou « filets à nuage » ont été mis au point, puis déployés dans les montagnes du Chili, afin d’alimenter en eau potable des villages en haute altitude. Selon certaines recherches, de tels capteurs ont permis, depuis 1992, de produire « une moyenne 11000 litres d’eau par jour, pour un village de 330 personnes ».

Pas mal, considérant l’équipement relativement réduit nécessaire ! Pour que l’expérience soit concluante, il faut toutefois des vents persistants, soufflant idéalement dans une seule direction. La captation doit aussi se faire en altitude (entre 400 et 1000 mètres). Une fois les conditions de base réunies, il suffit d’élever des capteurs, lesquels sont constitués de simples cadres de métal galvanisé ou d’aluminium et tendus d’un filet aux fines mailles de polypropylène (un polymère thermoplastique). Immédiatement sous le cadre est fixé un réceptacle légèrement en pente, qui reçoit l’eau récoltée, et la fait s’écouler dans un tube, qui l’achemine à son tour dans un réservoir fermé, à partir duquel peut se faire la distribution aux résidents.

L’apport en eau potable permet aux villageois de diversifier leur alimentation, en facilitant la culture des légumes par exemple, sans parler de l’élan donné à l’industrie touristique. Bien sûr, il faut réguler la consommation en fonction de la météo, mais c’est un moindre mal !

Comme quoi, quand il s’y met, l’humain est capable de bien grandes choses… et même de faire la pluie et le beau temps.

Cette entrée a été publiée dans Consommation, Culture, Insolite, Technologies, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current month ye@r day *

L'équipe du blogue ikonet aime recevoir vos commentaires et vos questions, tant qu'ils respectent les quelques règles suivantes :
  • Les propos racistes, sexistes, homophobes, injurieux, diffamatoires, vulgaires ou inappropriés sont interdits ;
  • Le harcèlement, les attaques personnelles et les incitations à la haine sont interdits ;
  • La divulgation d'informations confidentielles et/ou protégées par une loi est interdite ;
  • Les propos n'ayant aucun rapport avec le sujet abordé par l'auteur ou s'adressant uniquement à un petit groupe d'internautes sont interdits ;
L'équipe du blogue ikonet se réserve le droit de supprimer, sans préavis, les commentaires qui ne répondent pas à une ou plusieurs de ces règles, et de modifier ces dernières.

Au plaisir de vous lire !

L'équipe de blogue ikonet