Roman à contrainte : un défi pour la langue

Écrire un roman sans aucune redite : voilà le défi qu’a choisi de relever G. Levesque, un romancier de la région québécoise de Charlevoix, qui publiait il y a quelques années Je ne le répéterai pas. Le résultat : un récit intriguant, mais surtout au vocabulaire extrêmement varié. Au point que, selon l’auteur, « une telle expérience de lecture génère un accroissement de l’activité cérébrale qui a comme effet bénéfique de décupler les capacités mémorielles. »
Eh ben. Et moi qui croyais que Georges Perec, avec son roman sans « e », La Disparition, avait exploré les limites du roman à contrainte, je dois admettre que là, je suis soufflée !

En d’autres mots…

Dans Je ne le répéterai pas, on retrouve quelque 15 596 mots, répartis une centaine de pages, le tout sans que revienne deux fois le même nom, verbe, adjectif ou adverbe (l’auteur s’est quand même autorisé la répétition des articles, pronoms et déterminants, il ne faut pas devenir fou non plus).

Sur le site officiel du livre, on peut lire que Je ne le répéterai pas utiliserait ainsi environ 15 % du vocabulaire de la langue française… Impressionnant ! Essayez simplement de composer un texte d’une page sans y conjuguer deux fois le verbe être (lequel n’apparaît qu’à la page 2 du roman !), et vous verrez que le défi est de taille…

Avant tout, il faut maîtriser l’art de la périphrase, comme le montre cet exemple, où G. Levesque emploie une une formule un peu alambiquée pour éviter de dire « le ciel étoilé » : « La pénombre crépusculaire dévoilant l’astre céleste nimbé d’un halo sidéral qui majestueusement l’auréolait dans un firmament constellé par une myriade d’infimes lueurs stellaires ».

Combien de mots la langue française comporte-t-elle ?

Pas évident de déterminer combien de mots comporte une langue, surtout que ce nombre varie continuellement au fil du temps, à mesure qu’apparaissent des technologies, des modes… Selon les contextes et les références, les évaluations varient beaucoup. Ainsi, la neuvième édition du dictionnaire de l’Académie française devrait compter près de 60 000 mots (contre 18 000 mots dans la première édition, en 1694 !), mais si on ajoute à ce nombre les termes techniques, scientifiques et médicaux, on peut facilement atteindre les 100 000 termes sur lequel G. Levesque se base pour établir son pourcentage. En fait, l’Office québécois de la langue française avance même le chiffre de 500 000 termes, dans la mesure où on tient compte des régionalismes, archaïsmes, emprunts, etc.

Les mots du jour : notre vocabulaire usuel

Encore faut-il faire la différence entre les mots qui existent et ceux qui sont couramment utilisés… Certaines estimations chiffrent le vocabulaire usuel d’un individu moyen à environ 3 000 mots. Vous voulez savoir où vous vous situez ? Pourquoi ne pas essayer ce petit test en ligne : on vous y propose une liste de 100 mots courants, et, selon le nombre de termes dont vous affirmez connaître la définition, le site évalue l’étendue de votre vocabulaire. Pas de triche, hein !

Pour en savoir plus…

Georges Perec sur Wikipedia
Un extrait de La Disparition

Des idées de contraintes oulipiennes (l’Oulipo étant un sujet de billet en soit !)
Une vidéo promotionnelle (muette ! c’est le comble !) pour Je ne le répéterai pas :



Cette entrée a été publiée dans Art, Communication, Culture, Insolite, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Roman à contrainte : un défi pour la langue

  1. karine dit :

    Wow! j’adore ton exemple «La pénombre crépusculaire dévoilant l’astre céleste nimbé d’un halo sidéral qui majestueusement l’auréolait dans un firmament constellé par une myriade d’infimes lueurs stellaires» tout ça juste pour vouloir dire 3 petits mots tout simple que l’on comprends tous!! Incroyable, de se casser autant la tête! J’essais ton test plus tard… tu as piqué ma curiosité ;) Je t’en redonne des nouvelles!!

  2. Ping : Faire bonne figure... et avec style !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current month ye@r day *

L'équipe du blogue ikonet aime recevoir vos commentaires et vos questions, tant qu'ils respectent les quelques règles suivantes :
  • Les propos racistes, sexistes, homophobes, injurieux, diffamatoires, vulgaires ou inappropriés sont interdits ;
  • Le harcèlement, les attaques personnelles et les incitations à la haine sont interdits ;
  • La divulgation d'informations confidentielles et/ou protégées par une loi est interdite ;
  • Les propos n'ayant aucun rapport avec le sujet abordé par l'auteur ou s'adressant uniquement à un petit groupe d'internautes sont interdits ;
L'équipe du blogue ikonet se réserve le droit de supprimer, sans préavis, les commentaires qui ne répondent pas à une ou plusieurs de ces règles, et de modifier ces dernières.

Au plaisir de vous lire !

L'équipe de blogue ikonet