S.O.S. langues en détresse

Selon des données de l’UNESCO, 2500 des 6000 langues parlées actuellement sur la planète seraient en danger.  Une bonne partie de ces langues menacées pourraient même s’éteindre avant la fin du siècle : environ 200 langues, dont plusieurs langues amérindiennes et langues d’Océanie, n’ont plus que 10 locuteurs actifs ou moins…

Catastrophe… ou évolution normale ?

Chaque langue découpe et décrit la réalité d’une façon qui lui est propre : ce sont donc des connaissances, des émotions et des valeurs qui sont exprimées à travers les langues.

La Tour de Babel (Pieter Bruegel, 1563)

Des exemples ?

  • L’inuktitut, langue des Inuits du nord du Canada, a plus de 20 mots pour décrire précisément les différents types de neige (katakaqtanaq, qui signifie « croûte de neige dure qui cède sous les pas », en est un) ;
  • Le boro, une langue du nord-est de l’Afrique, comprend des verbes exprimant très finement des émotions complexes (dont onsay, qui signifie « faire semblant d’aimer »).

De ce point de vue, comme l’affirme le linguiste Jean-Louis Calvet, « une langue qui meurt, c’est une vision du monde qui disparaît ».

D’autres, cependant, ne considèrent pas ce phénomène comme catastrophique. Pour l’auteur américain John J. Miller, le fait qu’un plus grand nombre de locuteurs parlent un plus petit nombre de langues – la langue anglaise, par exemple – facilitera plutôt les échanges et la communication.

Et vous, croyez-vous que ce mouvement est inévitable ou même souhaitable ? Sinon, comment peut-on favoriser la conservation du « patrimoine linguistique » de l’humanité ?

Si le sujet vous intéresse, je vous conseille le passionnant livre de Mark Abley : Parlez-vous boro ? Voyage au pays des langues menacées, qui raconte les moyens mis en œuvre par diverses communautés pour assurer la survie de leur langue ou accroître son rayonnement.

Cette entrée a été publiée dans Culture, Langue, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à S.O.S. langues en détresse

  1. Lulu_Topique dit :

    Ma suggestion : polyglotie obligatoire pour tous, avec des points bonus (ou des déductions d’impôt !) pour ceux qui apprennent des langues en voie de disparition !

  2. Anne dit :

    Dans plusieurs cas de langues peu parlées, la survie est effectivement passée par l’enseignement obligatoire à tous les enfants, comme langue principale ou au moins comme langue seconde. Ici, au Québec, certaines communautés amérindiennes ont ainsi évité que leur langue ne tombe dans l’oubli – le mohawk, par exemple, est toujours parlé et compris par un nombre significatif de personnes. La langue wendate est même en train de renaître de ses cendres à Wendake, dans la région de Québec, grâce à l’enthousiasme d’une poignée d’irréductibles !

  3. Magic dit :

    Je pense que c’est un mouvement qui, même s’il n’est pas nécessairement souhaitable d’un point de vue culturel, reflète la mondialisation de notre planète et que c’est sûrement inévitable pour certaines langues peu parlées. Et n’oublions pas qu’une langue ne reste jamais figée dans le temps, mais qu’elle évolue toujours et emprunte des mots à d’autres langues ou dialectes. Il est donc fort possible qu’on retrouve des vestiges de ces langues disparues dans d’autres langues plus populaires.

  4. Anne dit :

    J’aime bien votre remarque, Magic, sur les langues qui survivent à travers d’autres. On n’a qu’à penser au latin, qui a donné naissance à toute une famille de langues. Le français est également un amalgame d’emprunts à plusieurs langues vivantes, disparues ou en danger.
    Il est bien sûr utopique de penser que toutes les langues actuellement menacées pourront survivre – il en meurt d’ailleurs 25 par année en moyenne – mais je crois tout de même qu’il faut résister un peu à la tentation d’aller vers la facilité et l’uniformisation linguistique…

Répondre à Magic Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current month ye@r day *

L'équipe du blogue ikonet aime recevoir vos commentaires et vos questions, tant qu'ils respectent les quelques règles suivantes :
  • Les propos racistes, sexistes, homophobes, injurieux, diffamatoires, vulgaires ou inappropriés sont interdits ;
  • Le harcèlement, les attaques personnelles et les incitations à la haine sont interdits ;
  • La divulgation d'informations confidentielles et/ou protégées par une loi est interdite ;
  • Les propos n'ayant aucun rapport avec le sujet abordé par l'auteur ou s'adressant uniquement à un petit groupe d'internautes sont interdits ;
L'équipe du blogue ikonet se réserve le droit de supprimer, sans préavis, les commentaires qui ne répondent pas à une ou plusieurs de ces règles, et de modifier ces dernières.

Au plaisir de vous lire !

L'équipe de blogue ikonet