Via ferrata, une randonnée vertigineuse

Si je vous dis que dimanche j’ai escaladé la Vache Noire, traversé des ponts de singe, marché sur une poutre au dessus du vide et gravi des dizaines d’échelons, tout ça pour admirer les méandres de la rivière du Diable… vous vous dites que j’ai fait un drôle de cauchemar? Rassurez-vous, je dirais, au contraire, que j’ai réalisé un de mes rêves en parcourant la via ferrata du Parc National du Mont-Tremblant !

La via ferrata, une voie ferrée à flanc de montagne

En respectant la règle d'or « Ne jamais être détaché », la via ferrata est une escapade tout à fait sécuritaire.

On aurait aussi pu appeler la via ferrata la « rando-escalade », car cette activité constitue un savant mélange entre ces deux sports. Pour effectuer cette randonnée verticale sécurisée, il faut s’équiper d’un casque et d’un baudrier, muni de longes assorties de mousquetons. Les randonneurs suivent un chemin le long d’une paroi rocheuse, opportunément balisée d’échelons, de ponts de singe, de passerelles, de rampes et de câbles, tous solidement fixés à la roche. Ces équipements permettent de franchir des falaises qui, autrement, ne seraient accessibles qu’aux grimpeurs expérimentés.

Pour pratiquer la via ferrata, aucune expérience en escalade n’est nécessaire. Et même s’il existe différents niveaux de difficulté, elle est accessible à toute personne raisonnablement en forme et même aux enfants.

Pour ma part, au-delà du (petit) défi sportif, la via ferrata constitue une merveilleuse façon de découvrir la nature et des paysages avec un point de vue unique. Pour cela, rien de mieux que de se faire accompagner d’un guide naturaliste, comme j’en ai eu la chance au cours de mon exploration du sentier Les secrets de la via ferrata de la Diable, dans le Parc National du Mont-Tremblant, au Québec.

Petite histoire de la via ferrata

Ce sont fort probablement les alpinistes qui, dès la seconde moitié du 19e siècle, ont posé les bases de la via ferrata, en jalonnant la montagne de marches creusées dans la roche et de câbles pour faciliter l’accès à son sommet. Mais, c’est pendant la Première Guerre mondiale que ce principe a largement été utilisé par les militaires italiens. En effet, ces derniers avaient créé des voies d’accès ferrées dans le massif des Dolomites, à la frontière entre l’Italie et l’Autriche, pour acheminer du matériel et des soldats vers des points stratégiques. À la fin du conflit, les villages italiens ont promu les vie ferrate comme une nouvelle forme de tourisme sportif. La via ferrata s’est ensuite largement développée en Europe, particulièrement en France, dès la fin années 1980. Il en existe maintenant dans les massifs montagneux un peu partout à travers le monde. En Amérique, les vie ferrate, encore peu répandues, sont apparues au début des années 2000. Au Canada, on en trouve une importante à Whistler (Colombie-Britannique) et plusieurs au Québec (Saguenay, Charlevoix, Laurentides, etc.), mais, contrairement à la plupart des vie ferrate, leur accès est réglementé et payant.

Et vous, seriez-vous tenté de parcourir un de ces « sentiers du vertige »?

Cette entrée a été publiée dans Environnement, Famille, Géologie, Loisirs, Plein air, Sport, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Via ferrata, une randonnée vertigineuse

  1. Anne dit :

    Ouf, ce n’est pas pour moi, ça! Juste à voir les photos, j’ai le vertige…

    • Ophélie dit :

      Et oui, même si c’est sécuritaire, la via ferrata nous donne tout de même quelques émotions fortes… Je n’ai pas du tout le vertige mais en marchant comme une funambule sur le poutre dite « du trémolo », j’ai bien ressenti le trémolo en question !!! :-)

Répondre à Ophélie Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current month ye@r day *

L'équipe du blogue ikonet aime recevoir vos commentaires et vos questions, tant qu'ils respectent les quelques règles suivantes :
  • Les propos racistes, sexistes, homophobes, injurieux, diffamatoires, vulgaires ou inappropriés sont interdits ;
  • Le harcèlement, les attaques personnelles et les incitations à la haine sont interdits ;
  • La divulgation d'informations confidentielles et/ou protégées par une loi est interdite ;
  • Les propos n'ayant aucun rapport avec le sujet abordé par l'auteur ou s'adressant uniquement à un petit groupe d'internautes sont interdits ;
L'équipe du blogue ikonet se réserve le droit de supprimer, sans préavis, les commentaires qui ne répondent pas à une ou plusieurs de ces règles, et de modifier ces dernières.

Au plaisir de vous lire !

L'équipe de blogue ikonet