Le cinéma 3D, cent ans plus tard !

L’idée de reproduire l’effet de relief au cinéma ne date pas d’hier. Au 16e siècle, des peintres italiens réalisaient déjà des toiles utilisant le principe de la stéréoscopie ! En France, une association faisant la promotion de l’image en relief a même vu le jour dès 1903 – soit l’année suivant la première diffusion du Voyage dans la lune du pionnier du cinéma George Méliès. Dans ce cas, comment se fait-il que Le Seigneur des anneaux, paru un siècle plus tard, n’ait pas bénéficié du traitement 3D ? En gros, c’est qu’il a fallu un certain temps avant que le résultat soit à la fois doté de profondeur, esthétique et agréable à visionner.

La vision stéréoscopique : un vieux truc de notre cerveau

Quand on regarde un objet réel, pas besoin de lunettes spéciales pour le voir en 3D. Comme nos yeux sont distants de quelques centimètres, l’image perçue par chaque œil est légèrement différente. Les deux nerfs optiques acheminent ces perceptions jusqu’au lobe occipital du cerveau, qui analyse et recombine les images pour n’en former qu’une seule : c’est alors que toutes les subtilités de la profondeur et de la texture de l’environnement visuel sont distinguées.

Par contre, lorsqu’on regarde une image plane, comme celle traditionnellement projetée sur un écran de cinéma, ça ne fonctionne plus : les deux yeux perçoivent alors la même scène, captée sous un seul angle, ce qui ne révèle aucune indication supplémentaire au cerveau sur les distances et les reliefs.

Dédoubler l’image pour mieux renseigner le cerveau

Le principe de base de la projection 3D
Pour obtenir l’effet 3D, le principe de base est de capter une double image, puis de fournir la moitié de l’information à chaque œil, en laissant le cerveau faire son travail de recomposition. Lorsqu’ils tournent un film en 3D, les réalisateurs utilisent donc désormais des caméras dotées de deux objectifs distancés à peu près comme le sont les yeux : chaque scène est captée en double, de façon à simuler les perspectives différentes de l’œil droit et de l’œil gauche.

Lors de la projection, les lunettes spéciales que portent les spectateurs font en sorte que l’œil gauche ne voit que ce qui a été capté par la lentille gauche de la caméra, idem pour le droit, avec pour résultat l’impression d’être plongé dans la scène.

Différents types de lunettes, différents résultats
Vous vous rappelez sans doute les premiers prototypes de lunettes 3D avec une monture cartonnée, un verre bleu cyan et l’autre rouge ? Leur principe en était simple : l’image observée était en fait composée d’un dessin cyan et d’un autre rouge; chaque verre ne laissant voir que le dessin de la couleur opposée. Si ce modèle permettait effectivement de donner du relief à une image au dos de la boîte de céréales, il était plutôt inconfortable, et le résultat était plus ou moins convaincant.

Dès 1950, les cinéastes ont plutôt commencé à expérimenter la technique de polarisation, qui est désormais la plus utilisée. C’est plus efficace, mais aussi un peu plus complexe : suivez-moi bien. Les rayons lumineux voyagent sous forme d’ondes dans l’espace, lesquelles ondulent selon différents axes. Il est possible d’imposer un axe particulier à une onde : c’est la polarisation. Les projecteurs 3D modernes peuvent diffuser simultanément deux images en utilisant des ondes dont les axes ont été rendus perpendiculaires par polarisation. On équipe les spectateurs de lunettes dont les verres transparents filtrent chacun la moitié des rayons selon l’orientation de leur onde, et le tour est joué ! Vous êtes plutôt du type visuel ? La petite vidéo ci-dessous illustre bien le principe… Mais inutile de le regarder avec des lunettes 3D !

3D by MickeyKuyo

Cette entrée a été publiée dans Actualité, Art, Communication, Culture, Modes et tendances, Science, Technologies, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Le cinéma 3D, cent ans plus tard !

  1. karine dit :

    Super intéressent comme sujet!! Le vidéo explique bien les procédés 3D… je ne savais même pas qu’il avait plusieurs façon de rendre le 2D en 3D :p

  2. Blaise dit :

    Durant la 2e guerre mondiale, la stéréoscopie a été utilisée par les Britanniques… Ils obtenaient ainsi de l’information qu’il n’aurait pas pu voir avec les images phographique en 2D…

    J’ai vu un reportage inédit il y a 2 semaines là-dessus à la télé sur PBS; l’émission NOVA.
    Voici le lien : http://video.pbs.org/video/2187853726/

  3. Serge dit :

    Bonjour Myriam,

    Très intéressant.

    P.-S. Petite coquille : « convainquant » dans le paragraphe « Différents types de lunettes [...] ».

  4. Ping : Au de-là du réel : la réalité augmentée - Blogue Ikonet | Blogue Ikonet

Répondre à Blaise Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current month ye@r day *

L'équipe du blogue ikonet aime recevoir vos commentaires et vos questions, tant qu'ils respectent les quelques règles suivantes :
  • Les propos racistes, sexistes, homophobes, injurieux, diffamatoires, vulgaires ou inappropriés sont interdits ;
  • Le harcèlement, les attaques personnelles et les incitations à la haine sont interdits ;
  • La divulgation d'informations confidentielles et/ou protégées par une loi est interdite ;
  • Les propos n'ayant aucun rapport avec le sujet abordé par l'auteur ou s'adressant uniquement à un petit groupe d'internautes sont interdits ;
L'équipe du blogue ikonet se réserve le droit de supprimer, sans préavis, les commentaires qui ne répondent pas à une ou plusieurs de ces règles, et de modifier ces dernières.

Au plaisir de vous lire !

L'équipe de blogue ikonet