Lac Vostok : 4000 mètres sous les glaces

Après plus de deux décennies de forage, une équipe de scientifiques russes aurait atteint le 5 février dernier la surface du lac Vostok, enfoui à près de 4 kilomètres sous la calotte glaciaire de l’Antarctique et isolé de l’atmosphère terrestre depuis au moins 500 000 ans. Un exploit spectaculaire… mais qui n’est pas sans soulever certains bémols.

De l’eau liquide sous la glace

Aussi surprenant que cela puisse paraître, le lac Vostok recèle de l’eau liquide même s’il est recouvert de glace depuis des milliers, voire des millions d’années. Son secret ? Le réchauffement géothermique, soit la chaleur provenant des couches internes de la Terre, combiné à l’énorme pression de la calotte de glace, qui abaisse le point de fusion de l’eau (celle-ci peut donc rester liquide à des températures plus basses que 0oC).

Des formes de vie inconnues ?

Le lac Vostok, situé dans l'est de l'Antarctique, a une superficie d'environ 16 000 kilomètres carrés (comparable à celle de la Corse ou du lac Ontario).

Les eaux vierges et isolées de ce lac en font une véritable caverne d’Ali Baba scientifique. Ces eaux, ainsi que les sédiments qu’elles recouvrent, pourraient en effet fournir de précieux renseignements sur l’histoire du climat et la composition de l’atmosphère à des époques éloignées.

Mais une autre question titille les scientifiques : ce milieu hostile et privé de lumière pourrait-il abriter des formes de vie très anciennes, inconnues jusqu’à ce jour ? En effet, des bactéries vieilles de plusieurs dizaines de milliers d’années auraient déjà été repérées dans les carottes de forage – une découverte qui est toutefois contestée par certains scientifiques.

Quoi qu’il en soit, une telle trouvaille pourrait trouver écho jusque dans les sciences de l’espace, puisque Europe, l’un des satellites naturels de Jupiter, abriterait aussi un immense océan sous-glaciaire

Bon, malgré l’enthousiasme de certains exobiologistes, nous sommes encore loin d’avoir prouvé l’existence de cousins du célèbre E.T., mais avouez que ce genre d’hypothèse fascine toujours notre imaginaire !

Un forage potentiellement risqué

La base antarctique Vostok, à 4 km au-dessus de la surface du lac du même nom.

Au-delà de l’intérêt scientifique du lac Vostok, certains dénoncent les risques de contamination associés au forage. Pour éviter que la glace ne se referme systématiquement derrière la mèche, l’équipe russe a dû utiliser un fluide antigel (du kérosène, notamment), qui pourrait facilement polluer les eaux du lac si des précautions suffisantes ne sont pas prises.

En atteignant la surface du lac, on risque également d’y introduire involontairement des contaminants qui pourraient rompre le fragile équilibre qui s’y serait installé.

Bref, nous voici encore devant cet éternel dilemme : doit-on, au nom de la science, explorer les moindres recoins de notre planète, ou devrait-on décréter certaines zones comme intouchables ? L’histoire démontre que la curiosité l’emporte souvent sur la vertu…

Je vous laisse sur cette image produite par la U.S. National Science Foundation, qui illustre bien le principe du forage ayant permis d’atteindre la surface du lac Vostok :

Le forage du lac Vostok.

Cette entrée a été publiée dans Actualité, Biologie, Géologie, Science, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Lac Vostok : 4000 mètres sous les glaces

  1. Ping : La résurrection d’une plante préhistorique | Blogue Ikonet

  2. Ping : Le Croc du Loup » Blog Archive » Lac Vostok : 4000 mètres sous les glaces

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current month ye@r day *

L'équipe du blogue ikonet aime recevoir vos commentaires et vos questions, tant qu'ils respectent les quelques règles suivantes :
  • Les propos racistes, sexistes, homophobes, injurieux, diffamatoires, vulgaires ou inappropriés sont interdits ;
  • Le harcèlement, les attaques personnelles et les incitations à la haine sont interdits ;
  • La divulgation d'informations confidentielles et/ou protégées par une loi est interdite ;
  • Les propos n'ayant aucun rapport avec le sujet abordé par l'auteur ou s'adressant uniquement à un petit groupe d'internautes sont interdits ;
L'équipe du blogue ikonet se réserve le droit de supprimer, sans préavis, les commentaires qui ne répondent pas à une ou plusieurs de ces règles, et de modifier ces dernières.

Au plaisir de vous lire !

L'équipe de blogue ikonet