Tempête solaire : il fait mauvais sur le Soleil

Vous avez bien lu, ce n’est pas la prochaine tempête tropicale qui m’inquiète (quoique Debby a tenu la Floride en haleine ces derniers jours !), mais bien les intempéries qui sévissent sur l’astre au centre de notre système solaire. Même si elles sont causées par des événements se déroulant à presque 150 millions de kilomètres de chez nous, ces tempêtes ne sont pas sans conséquence sur Terre…

L’origine des tempêtes solaires

Notre soleil, une étoile de taille moyenne, est composé de gaz incandescents, principalement de l’hydrogène et de l’hélium. Dans son noyau, les gaz en fusion atteignent une température de 15 000 000°C, dégageant une phénoménale quantité d’énergie. Cette énergie met près d’un million d’années à remonter jusqu’à la surface du Soleil, ou photosphère, avant d’être diffusée dans l’espace sous forme de rayonnements solaires.

De façon cyclique, le niveau d’activité à l’intérieur du soleil devient plus intense, et la quantité d’énergie dégagée aussi : c’est alors que la Terre risque d’être touchée par des tempêtes solaires, ou tempêtes géomagnétiques. Celles-ci sont causées par des éruptions solaires majeures, soit la projection dans l’espace de langues de gaz de dizaines de milliers de kilomètres de hauteur et d’importants vents solaires, qui transportent à travers la galaxie des protons et des électrons chargés électriquement et magnétiquement.

La magnétosphère, parapluie magnétique de la Terre

Heureusement, nous avons un parapluie pour nous protéger de ces dangereuses particules énergétiques voyageant dans l’espace. En effet, le champ magnétique terrestre agit comme bouclier, les faisant dévier. Il n’y a habituellement qu’aux pôles, dans une zone de faible magnétisme qu’on appelle cornet polaire, que certaines particules pénètrent dans la haute atmosphère terrestre. C’est leur collision avec les molécules d’hydrogène, d’oxygène et d’azote composant notre atmosphère qui occasionne les phénomènes majestueux que sont les aurores polaires (on dit aurores boréales dans l’hémisphère Nord, et aurores australes dans l’hémisphère Sud).

Par contre, certain satellites de télécommunications et les engins spatiaux ne bénéficient pas de cette protection : une tempête solaire importante risquerait de dérégler leur fonctionnement, mettant en danger la vie des astronautes, et compromettant les communications à la surface de la Terre. Les installations de production et de transport d’électricité peuvent également être affectées par ces bombardements électro-magnétiques. Les scientifiques s’intéressent donc de près au niveau d’activité à la surface du soleil, afin de pouvoir au besoin prendre les mesures de sécurité qui s’imposent (limiter les transports aériens, dévier la trajectoire de satellites…).

Prévoir la météosolaire !

Tous les onze ans, le soleil passe par une période d’agitation importante, avant de redevenir plus calme. Selon ce cycle, on s’attend à ce que 2013 soit une année particulièrement agitée. S’il est possible d’anticiper les tempêtes solaires, les astronomes peuvent difficilement prévoir l’importance du vent solaire qui les amène jusqu’à nous. Ainsi, la tempête qui avait inquiété la communauté scientifique en janvier dernier n’a eu finalement que peu de conséquences directes : elle a bien causé quelques perturbations des activités des satellites, mais les radiations portées par les vents solaires n’étaient pas assez importantes pour nécessiter que les astronautes de la Station spatiale internationale se réfugient dans le compartiment anti-radiation.

La vigilance demeure tout de même de mise : lors d’une tempête solaire survenue en mars 1989, certaines régions du globe (dont la quasi-totalité du Québec) avaient été affectées par des pannes électriques majeures, ce qui peut avoir en soit des conséquences importantes. Il s’agissait quand même d’une tempête particulièrement puissante : les aurores boréales qu’elle avait causée ont pu être observées jusqu’au Mexique… on commence à être loin du pôle Nord ! Je vous laisse sur cette vidéo, captée en septembre 2011, et témoignant bien de la violence des mouvements agitant la surface du soleil : la tornade qu’on y voit est d’un diamètre cinq fois supérieur à celui de la Terre.

Envie de passer encore un peu de temps la tête dans les étoiles ? Relevez le défi de notre Croisade portant sur les corps célestes !

Cette entrée a été publiée dans Actualité, Astronomie, Espace, Science, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Tempête solaire : il fait mauvais sur le Soleil

  1. alors il faut rayer le soleil de la liste des destinations potentielles pour les prochaines vacances d’été ! lol
    Sérieusement c’est fascinant, l’univers est si passionnant
    Manon

  2. Ping : 20 juillet 1969, premiers pas sur la Lune | Blogue ikonet

  3. Ping : Blogue Ikonet - Le savoir illustré !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current month ye@r day *

L'équipe du blogue ikonet aime recevoir vos commentaires et vos questions, tant qu'ils respectent les quelques règles suivantes :
  • Les propos racistes, sexistes, homophobes, injurieux, diffamatoires, vulgaires ou inappropriés sont interdits ;
  • Le harcèlement, les attaques personnelles et les incitations à la haine sont interdits ;
  • La divulgation d'informations confidentielles et/ou protégées par une loi est interdite ;
  • Les propos n'ayant aucun rapport avec le sujet abordé par l'auteur ou s'adressant uniquement à un petit groupe d'internautes sont interdits ;
L'équipe du blogue ikonet se réserve le droit de supprimer, sans préavis, les commentaires qui ne répondent pas à une ou plusieurs de ces règles, et de modifier ces dernières.

Au plaisir de vous lire !

L'équipe de blogue ikonet