La traduction automatique : une utopie ?

Supplémentaire long ! Ajuste le jumeau à la reine a calibré le matelas.

Ce « texte » décrit la barrière de lit que j’ai achetée récemment pour ma fille. Heureusement que je comprends l’anglais, sinon je serais restée un peu perplexe… (Voici le texte original anglais : Extra wide! Fits twin to queen sized mattresses.)

De toute évidence, ce texte français provient d’un logiciel de traduction automatique. Certaines entreprises devant se conformer aux normes linguistiques de pays étrangers s’en remettent à ces logiciels pour économiser temps et argent, avec les résultats que l’on voit…

Petite histoire de la traduction automatique

Depuis les années 1950, de nombreux chercheurs ont tenté de mettre au point des logiciels sensés permettre de traduire des textes d’une langue à l’autre, sans l’intervention d’un humain. Avouez que cela nous simplifierait grandement la vie !

Les premiers logiciels de traduction automatique (TA), nés dans le sillon de la Guerre froide, étaient basés sur une méthode purement linguistique, c’est-à-dire qu’ils utilisaient les règles de grammaire et de syntaxe pour analyser les phrases. La complexité des langues a fait en sorte que les performances n’ont jamais atteint les niveaux espérés. Seuls quelques projets ciblant des domaines très pointus ont obtenu des résultats intéressants. C’est le cas de TAUM-Météo, de l’Université de Montréal (conçu en 1975-1976), qui traduisait des bulletins météorologiques – des textes répétitifs dont le vocabulaire est limité.

Quelques progrès : l’approche statistique

À partir des années 1990, une nouvelle approche, dite statistique, a permis d’améliorer les outils de traduction. Le principe est de puiser dans des bases de données pour réutiliser des fragments de textes déjà traduits. Dans le cas de textes techniques, dont le vocabulaire est précis et les formulations fixes, ces logiciels permettent de déchiffrer rapidement un texte pour en comprendre le sens général, ou encore d’effectuer une première traduction qui sera revue par un professionnel.

Charabia ou humour involontaire

La traduction automatique donne parfois dans l'absurde...

Mais plus les textes ont un style s’approchant du « littéraire », moins la traduction automatique est performante. Mots qui ont plusieurs sens selon le contexte, expressions figées, effets de style… aucun programme informatique ne peut encore tenir compte de toutes ces variables.

Pour vous en convaincre, faites le test : à l’aide d’un traducteur en ligne (par exemple, Google Traduction, Reverso, Yahoo! Babel Fish, tous disponibles gratuitement sur Internet), traduisez différents types de phrases. Certains résultats vous feront sourire, comme le désormais célèbre « Fait en Dinde » (Made in Turkey)…

Pour ma barrière de lit, voici ce que ces logiciels proposent :

Extra large ! Pour Twin à la reine des matelas de taille.
Supplémentaire large ! Adapte le jumeau à la reine des matelas de taille.
Extra au loin ! Jumeau d’ajustements aux matelas classés par reine.

Comme quoi il y a encore loin de la coupe aux lèvres !

Cette entrée a été publiée dans Histoire, Langue, Technologies, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

9 réponses à La traduction automatique : une utopie ?

  1. Karine Lévesque dit :

    Wow!!! « Supplémentaire large ! Adapte le jumeau à la reine des matelas de taille. »
    C’est incroyable, c’est pires que moi avec mes traductions mot à mot… au moins en général, on fini par me comprendre…

    • Anne dit :

      Le problème avec les machines, c’est qu’elles ne tiennent pas compte du contexte, ce que les humains font même s’ils ne connaissent pas si bien la langue qu’ils veulent traduire !

  2. Ophélie dit :

    Méfiez-vous de la traduction automatique… elle pourrait bien vous faire mourir de rire ! ;-)

  3. Traducteur dit :

    D’accord, le traducteur automatique a un peu de mal, il y a encore du boulot avant d’avoir une traduction irréprochable. Ceci dit, on ressent une légère touche d’interprétation supplémentaire, par rapport à d’autres services qui se contentent de faire du mot à mot. Il faudrait également voir dans quelle mesure le système est capable d’apprendre seul, et d’améliorer ses traductions au fil du temps.

    • Anne dit :

      Il est certain que les technologies ne cessent de s’améliorer, et que certains logiciels sont déjà plus performants que les traducteurs en ligne gratuits. Qui sait ce que les prochaines avancées scientifiques permettront…
      Par ailleurs, même si la traduction automatique n’est pas au point, il existe tout de même des outils d’aide à la traduction fort intéressants. Les mémoires de traduction, que vous devez connaître si vous êtes traducteur, sont un bon « partenariat » entre l’humain et la machine.

  4. Noélie dit :

    J’étais prof d’anglais avant d’être traductrice, et la traduction informatique permettait de rompre la monotonie des corrections de DM (devoirs maison). Petit jeu: retrouver l’original (avec les fotes, svp!):
    « I follow go has the swimming-pool. »
    « Seven o’clock at little meadow. »
    Ou encore: « Mon nom d’encoche est Cathy »

  5. Ping : Un traducteur vocal instantané... - Blogue Ikonet | Blogue Ikonet

Répondre à Noélie Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current month ye@r day *

L'équipe du blogue ikonet aime recevoir vos commentaires et vos questions, tant qu'ils respectent les quelques règles suivantes :
  • Les propos racistes, sexistes, homophobes, injurieux, diffamatoires, vulgaires ou inappropriés sont interdits ;
  • Le harcèlement, les attaques personnelles et les incitations à la haine sont interdits ;
  • La divulgation d'informations confidentielles et/ou protégées par une loi est interdite ;
  • Les propos n'ayant aucun rapport avec le sujet abordé par l'auteur ou s'adressant uniquement à un petit groupe d'internautes sont interdits ;
L'équipe du blogue ikonet se réserve le droit de supprimer, sans préavis, les commentaires qui ne répondent pas à une ou plusieurs de ces règles, et de modifier ces dernières.

Au plaisir de vous lire !

L'équipe de blogue ikonet