Explorez par thème

Testez vos conaissances

Jeux

La multiplication végétative

De nombreuses plantes sont capables de se reproduire de manière asexuée, c’est-à-dire sans l’intervention de cellules sexuelles. Ce mode de reproduction s’appelle la multiplication végétative. Une partie de la plante se détache, s’enracine et se développe pour former une nouvelle plante. Les nouveaux plants ainsi obtenus sont identiques à la plante mère : ce sont des clones de celle-ci.

De nombreux organes, dont les tubercules, les bulbes, les rhizomes et les stolons, permettent la reproduction asexuée. Les trois premiers sont des tiges souterraines, soit des tiges modifiées qui poussent dans le sol. Malgré ce qu'on pourrait croire, elles sont très différentes des racines, tant par leur structure que dans leurs fonctions. Par exemple, les tiges souterraines ne participent pas à l’assimilation de l’eau et des sels minéraux du sol. Les deux rôles principaux qu'elles remplissent sont l’accumulation des réserves nutritives, ainsi que la propagation de la plante par multiplication végétative.

Le tubercule

Le tubercule est un organe de réserves nutritives souterrain formé par le renflement de la tige ou de la racine. Au bout d’un certain temps, de nouvelles pousses peuvent se former sur le tubercule, ce qui donnera le jour à une nouvelle plante.


Le bulbe

Le bulbe est un organe de réserves nutritives souterrain fréquent chez les monocotylédones (comme le crocus, le glaïeul ou encore la tulipe). Il est formé par le renflement de la tige ou des feuilles à la base de la tige. Un bulbille peut se former sur le bulbe principal, se détacher et donner naissance à une nouvelle plante.



Le rhizome

Le rhizome est une tige souterraine horizontale gonflée de réserves nutritives. Sur toute sa longueur, à intervalles réguliers, se forment des racines adventives et de nouvelles pousses aériennes. Le bambou, le gingembre et l’iris, par exemple, possèdent des rhizomes.



Le stolon

Le stolon est une tige mince, issue de la tige principale, qui s’allonge à la surface du sol. Des racines adventives peuvent se former au niveau des nœuds du stolon, et ainsi permettre la formation d’un nouveau plant. Le lierre et le fraisier peuvent se multiplier de cette façon.

Voir aussi : cellule végétale