Explorez par thème

Testez vos conaissances

Jeux

La pollinisation

La pollinisation est le passage du pollen des plantes de l'organe reproducteur mâle, l'étamine, à l'organe reproducteur femelle, le pistil. Elle permet la fécondation, qui conduit à la naissance d'une nouvelle plante. Selon les espèces, la pollinisation peut impliquer une seule fleur (autopollinisation) ou deux fleurs distinctes (pollinisation croisée). Dans la nature, la pollinisation fait intervenir des animaux pollinisateurs ou le vent. En agriculture et en horticulture, l'homme peut agir comme agent de pollinisation. Les grains de pollen sont produits par les anthères, à l'extrémité des étamines. Ils doivent être transportés jusqu'au stigmate, au sommet du pistil. Les agents de pollinisation assurent ce transport.


La pollinisation zoophile et entomophile

La plupart des plantes sont pollinisées grâce à des animaux. Le pollen est transporté par de petits oiseaux comme le colibri, par des mammifères, comme la chauve-souris, ou, plus fréquemment, par des insectes (papillons, abeilles, guêpes). La pollinisation par les insectes est dite entomophile. Elle concerne des fleurs généralement grandes, colorées et parfumées. L'insecte se pose sur une fleur, attiré par sa couleur, son odeur ou le sucre de son nectar. Des grains de pollen se fixent alors sur le corps de l'insecte, qui se déplace ensuite vers une autre fleur. Quelques grains de pollen tombent accidentellement sur le stigmate de la deuxième fleur visitée et ainsi la fécondation peut avoir lieu.


La pollinisation anémophile

Les fleurs qui sont pollinisées par le vent sont généralement discrètes et peu attirantes pour les insectes. Le transport du pollen par le vent est relativement peu efficace. Une faible proportion des grains de pollen émis par une fleur finira par atteindre le stigmate d'une autre fleur. Certaines plantes se sont adaptées aux aléas de la pollinisation anémophile en produisant d'énormes quantités de pollen aux grains petits, légers, lisses et secs que le vent disperse sur un vaste territoire. La plupart des grains de pollen sont perdus lors de ce transport aléatoire. Rares sont ceux qui parviennent à féconder une autre fleur.

La pollinisation artificielle

Les humains interviennent parfois dans le processus de pollinisation, déposant eux-mêmes le pollen d'une fleur sur le stigmate d'une autre. L'objectif est d'obtenir une plante fille qui cumule les caractéristiques agronomiques des deux plantes mères. Dans ces cas-là, la pollinisation s'effectue manuellement à l'aide d'un pinceau ou de tout autre objet pouvant transporter le pollen sans l'endommager.

Le brassage génétique

Lorsque la pollinisation se fait de l'étamine au pistil d'une même fleur, on parle d'autopollinisation. Quand, au contraire, le pollen est transporté vers la fleur d'un autre plant, la pollinisation est dite croisée. La pollinisation croisée permet de mélanger dans la plante fille des caractères propres à chacune des deux plantes mères. Les caractères propres à une plante, comme sa tolérance à la sécheresse, sont codés sous forme de gènes, conservés dans le noyau de chacune des cellules de la plante. Le mélange des gènes grâce à la pollinisation croisée s'appelle le brassage génétique. Ce phénomène, qui favorise l'apparition de nouveaux caractères chez les végétaux, est le moteur de l'évolution.



Voir aussi : cellule végétale



Abonnez-vous à l'infolettre De Visu pour recevoir des nouvelles d'ikonet ; découvrez nos billets de blogue, capsules encyclopédiques, jeu de la semaine, et plus encore !
Consultez les archives De Visu >