Explorez par thème

Testez vos conaissances

Jeux
Accidents vasculaires cérébraux bannière

Accidents vasculaires cérébraux : les prévenir et les détecter

Un accident vasculaire cérébral (AVC), ou attaque cérébrale, est une altération soudaine de la circulation sanguine dans l’encéphale, due à l’obstruction d’une artère ou à la rupture de ses parois. Dans les pays occidentaux, les AVC constituent la troisième cause de mortalité et la première cause de handicap acquis (déficiences motrices, sensorielles et intellectuelles). Ils atteignent toutes les classes d’âge, mais le risque d’en subir un augmente après 60 ans et dans les cas d’hypertension artérielle, d’athérosclérose, de diabète ou d’anévrisme. Le tabagisme, l’alcoolisme et les antécédents familiaux augmentent également le risque. Un AVC nécessite une hospitalisation d’urgence. Une prise en charge précoce diminue le risque de lésions neurologiques irréversibles et de décès. Les récidives sont fréquentes et 75 % des personnes qui y survivent gardent des séquelles de gravité variable.


Les symptômes de l’AVC

Les symptômes d’un AVC apparaissent brutalement et peuvent différer selon la nature et le site de la lésion : paralysie, troubles de la vision, du langage (paroles indistinctes, difficulté à trouver ses mots ou à comprendre les autres), troubles sensitifs (engourdissement) ou de la coordination (tremblements, maladresse), vertiges, perte de connaissance, céphalée violente, convulsions, etc. Lorsque les symptômes d’un AVC disparaissent spontanément en moins de 24 heures, il s’agit d’un accident ischémique transitoire. Ce type d’accident, provoqué par une brève interruption de l’irrigation sanguine de l’encéphale, constitue un signal d’alarme puisqu’il précède souvent l’infarctus cérébral. Il nécessite une consultation médicale d’urgence.

L’infarctus cérébral

L’infarctus cérébral représente 80 % des AVC. Il fait suite à l’obstruction d’une artère cérébrale par embolie ou par thrombose. Dans le cas de la thrombose, l’obstruction est causée par un caillot sanguin (thrombus) qui se forme directement dans une artère cérébrale, au niveau d’une plaque d’athérome. Il s’agit de la cause la plus fréquente d’infarctus cérébral. Dans le cas de l’embolie, l’obstruction est créée par un corps étranger ayant migré jusqu’à l’encéphale, souvent un caillot sanguin qui s’est formé dans le cœur ou qui s’est détaché d’une plaque d’athérome. L’infarctus entraîne une interruption de l’irrigation sanguine de l’encéphale et la destruction plus ou moins étendue de ses tissus. Il peut également provoquer la formation d’un œdème cérébral ou évoluer en hémorragie intracérébrale.

Infarctus cérébral thrombose

L’hémorragie cérébrale

L’hémorragie cérébrale, qui représente 20 % des AVC, prend souvent la forme d’un épanchement de sang à l’intérieur de l’encéphale (hémorragie intracérébrale), causé par la rupture d’une artère cérébrale. Elle entraîne la destruction de cellules nerveuses ainsi que la formation d’un hématome et parfois d’un œdème. La principale cause de l’hémorragie intracérébrale est l’hypertension artérielle, qui fragilise les vaisseaux. Il arrive que l’épanchement de sang ait lieu non pas dans l’encéphale mais entre les méninges qui le recouvrent (hémorragie méningée). Plus fréquente chez les femmes, l’hémorragie méningée est généralement provoquée par une rupture d’anévrisme.

L’hémorragie cérébrale

L’œdème cérébral

Un œdème cérébral est une accumulation de liquide dans les tissus du cerveau. Ses causes sont variées : accident vasculaire cérébral, traumatisme crânien, tumeur, etc. L’œdème cérébral entraîne des maux de tête et des troubles neurologiques (troubles du langage, hallucinations, cécité, amnésie, diminution de la force et de la sensibilité, perte de connaissance). Il peut causer une hypertension intracrânienne ainsi qu’une compression de l’encéphale et constitue une cause fréquente de décès.

La prévention de l’accident vasculaire cérébral

La prévention de l’accident vasculaire cérébral repose essentiellement sur la détection des signes annonciateurs, sur une prise en charge médicale rapide ainsi que sur la réduction des facteurs de risque.

  • Adoptez un mode de vie sain
  • Une mauvaise alimentation (consommation excessive de sel et de gras saturés), le manque d’exercice, le stress, le tabagisme et l’alcoolisme sont autant de facteurs qui favorisent les troubles prédisposant à l’AVC : hypertension artérielle, athérosclérose, hypercholestérolémie, diabète, etc. Il est important de surveiller ces troubles et de les soigner en adoptant un mode de vie plus sain. Les personnes qui ont déjà souffert d’un accident ischémique transitoire devraient être particulièrement prudentes.

  • Consultez d’urgence un médecin dès les premiers symptômes

Voir aussi :

Dans le dictionnaire visuel :

Dans les capsules encyclopédiques De Visu :

Dans le blogue ikonet :

Dans les jeux ikonet :