Explorez par thème

Testez vos conaissances

Jeux
Les maladies infectieuses de l'enfant

Les maladies infectieuses de l’enfant : la prévention avant tout ! (2e partie)

La cinquième maladie

La cinquième maladie, ou mégalérythème épidémique, est une maladie infectieuse causée par le parvovirus B19, qui touche principalement les enfants de 4 à 12 ans. Pendant l’incubation, qui dure une dizaine de jours, le malade est contagieux et peut montrer quelques troubles : faible fièvre, écoulement nasal, maux de tête et de gorge, douleurs articulaires. Un érythème apparaît ensuite sur les joues avant de gagner les membres, le tronc et les fesses. Ces symptômes s’estompent spontanément après 10 jours. La cinquième maladie est généralement bénigne, mais elle peut être plus dangereuse chez les personnes immunodéprimées ou souffrant de drépanocytose, et chez les femmes enceintes, en raison du risque d’avortement spontané.

Erythème

L’origine du terme « cinquième maladie »

La cinquième maladie tire son nom du fait qu’elle est la cinquième maladie infectieuse caractérisée par des éruptions cutanées à avoir été découverte dans un groupe de six pathologies similaires. Hormis la cinquième maladie, ce groupe inclut la rougeole, la rubéole, la scarlatine, la maladie de Dukes (dont les symptômes ressemblent à ceux de la rubéole et de la scarlatine) et la roséole (parfois désignée sous le nom de sixième maladie).



La rubéole

La rubéole est une maladie infectieuse causée par un virus du genre Rubivirus, qui touche principalement les enfants et les adolescents. Après une période d’incubation de 15 à 20 jours, la maladie peut se manifester par une fièvre modérée, le gonflement des ganglions lymphatiques du cou, des maux de tête et de gorge et une conjonctivite. Une éruption cutanée de petites taches rosées, légèrement surélevées, apparaît deux jours plus tard. La rubéole est bénigne, sauf chez les femmes enceintes non immunisées en début de grossesse, car le fœtus peut subir de graves malformations. La vaccination systématique a fait reculer considérablement la maladie, qui pourrait être totalement éradiquée d’ici quelques années.


Les oreillons

Maladie infectieuse très contagieuse causée par un virus du genre Rubulavirus, les oreillons entraînent une inflammation des glandes salivaires parotides, situées en avant des oreilles. La maladie affecte plus souvent les enfants de 4 à 5 ans, mais elle peut aussi toucher les enfants plus âgés et les adultes. Après environ trois semaines d’incubation, les oreillons peuvent provoquer une fièvre modérée, des maux de tête et un gonflement douloureux et parfois spectaculaire du cou. Le malade, contagieux une semaine avant et après l’apparition des symptômes, guérit spontanément en 10 jours. Dans certains cas, le virus affecte aussi les méninges et les testicules, ce qui peut entraîner la stérilité chez les garçons pubères et les hommes adultes.

Les oreillons


La coqueluche

La coqueluche est une maladie infectieuse très contagieuse causée par la bactérie Bordetella pertussis et qui affecte l’appareil respiratoire. Devenue relativement rare dans les pays industrialisés grâce à la généralisation de la vaccination des enfants, elle est encore fréquente dans les pays en voie de développement et provoque la mort de 300 000 personnes par an. Les premiers symptômes apparaissent après environ une semaine d’incubation : écoulement nasal, fièvre modérée, toux sèche, parfois suivie de vomissements. La toux prend ensuite la forme de quintes violentes qui se terminent par une inspiration bruyante et caractéristique, appelée « chant du coq ». Les symptômes persistent plusieurs semaines et une toux isolée peut même durer plusieurs mois. La coqueluche est traitée par antibiotiques. Non traités, les malades restent contagieux pendant trois semaines. La maladie peut toucher toutes les tranches d’âge, mais elle est particulièrement dangereuse pour les enfants de moins de 1 an en raison des risques d’asphyxie, de pneumonie et d’affections neurologiques.


L’épiglottite

L’épiglottite est une inflammation aiguë de l’épiglotte, une languette cartilagineuse et mobile qui joue un rôle important dans la déglutition. Cette maladie infectieuse est le plus souvent causée par la bactérie Haemophilus influenzae et touche principalement les enfants non vaccinés, âgés de 1 à 6 ans. Elle se manifeste soudainement par une forte fièvre, des maux de gorge, une incapacité à déglutir et une respiration difficile et bruyante. L’épiglotte rouge, gonflée et purulente, bloque le passage de l’air vers les poumons. L’enfant adopte une position caractéristique (penché en avant, la bouche ouverte) qui lui permet de mieux respirer et dans laquelle il doit être maintenu. L’état du malade s’aggrave rapidement (coloration bleue de la peau, asphyxie), ce qui nécessite son transport en urgence à l’hôpital où le passage de l’air dans les voies respiratoires est rétabli et un traitement antibiotique est administré. Maladie devenue rare grâce à la vaccination, l’épiglottite peut être très dangereuse, voire mortelle, si elle n’est pas traitée à temps.



Le pour et le contre de la vaccination

Dès leur plus jeune âge, les enfants peuvent être vaccinés contre plusieurs maladies infectieuses : rougeole, oreillons, rubéole, varicelle, coqueluche, hépatite B, etc. La vaccination permet à l’organisme de produire des anticorps qui aident à contrer le développement de maladies dont les complications sont parfois graves. Cette technique de prévention permet non seulement de diminuer la contagion, mais aussi d’éradiquer des maladies. Cependant, certaines associations critiquent la vaccination effectuée de façon massive, sans évaluation des risques qu’elle représente pour chaque individu. Selon leurs membres, les agents étrangers contenus dans le vaccin (virus, bactéries, métaux) peuvent parfois susciter un épuisement précoce du système immunitaire et pourraient même provoquer des maladies auto-immunes telles que la sclérose en plaques ou la leucémie. Toutefois, dans la grande majorité des cas, les effets secondaires de la vaccination sont mineurs (fièvre, fatigue, enflure, etc.) et la plupart des spécialistes estiment que les risques individuels de la vaccination sont infimes en regard de l’énorme bénéfice collectif.



Voir aussi :

Dans le Dictionnaire Visuel :

Dans les capsules encyclopédiques De Visu :

Dans le blogue ikonet :

Dans les jeux ikonet :