Explorez par thème

Testez vos conaissances

Jeux
Bandeau sclérose en plaques

Le cycle menstruel ou le cycle de la vie

Pour qu’un éventuel ovule fécondé puisse se fixer sur la muqueuse de l’utérus, celle-ci subit périodiquement un ensemble de transformations appelé cycle menstruel. Ce cycle est régi par les hormones produites par les ovaires et par l’hypophyse et se déroule parallèlement au cycle ovarien. Le cycle menstruel a lieu chez toutes les femmes en bonne santé, de la puberté à la ménopause et en dehors des périodes de grossesse. Il peut s’accompagner de douleurs abdominales, notamment lors de l’ovulation ou des règles. Le syndrome prémenstruel correspond à divers troubles qui affectent certaines femmes pendant les jours précédant les règles.


Les phases du cycle menstruel

Comme le cycle ovarien, le cycle menstruel dure en moyenne 28 jours. Il comprend trois phases : la phase menstruelle, au cours de laquelle l’endomètre se desquame et s’écoule par le vagin (règles), la phase proliférative où l’endomètre se reconstitue et la phase sécrétoire pendant laquelle il épaissit pour accueillir l’ovule fécondé. Ces phases, qui se succèdent de façon cyclique, sont étroitement liées aux hormones (œstrogènes et progestérone) sécrétées par les ovaires pendant le cycle ovarien.

Les phases du cycle menstruel

Les règles abondantes

Une femme souffre de ménorragie lorsque ses règles durent plus de sept jours et lorsque la surabondance de l’écoulement la pousse à changer très fréquemment de protection intime. Ce trouble peut être accompagné de douleurs abdominales handicapantes et peut causer une anémie en fer provoquant fatigue et essoufflement. La ménorragie est fréquente à l’approche de la ménopause et au début de l’adolescence, des périodes marquées par d’importantes fluctuations hormonales qui provoquent un développement exagéré de l’endomètre. Plus rarement elle résulte d’affections de l’utérus, de l’endomètre, des ovaires, etc. Une grossesse extra-utérine et une fausse couche provoquent également des saignements vaginaux abondants mais en dehors de la période menstruelle.


Le syndrome prémenstruel

Chez certaines femmes, les modifications hormonales du cycle ovarien peuvent provoquer plusieurs troubles physiques et psychologiques quelques jours avant et parfois au début des règles. Regroupés sous le nom de syndrome prémenstruel, ces symptômes très variés affecteraient de 5 % à 10 % des femmes de façon sévère et très handicapante. Le syndrome prémenstruel apparaît généralement autour de 30 ans, en particulier chez les femmes ayant des antécédents familiaux et chez celles qui souffrent de stress, d’anxiété ou qui ont souffert de dépression. Chez certaines femmes, les douleurs dans le bas-ventre persistent et s’intensifient au cours des menstruations. Ce trouble, appelé dysménorrhée, est fréquent à l’adolescence. Il diminue généralement avec l’âge et souvent après une grossesse. Même si elle résulte souvent de facteurs hormonaux, la dysménorrhée peut parfois révéler une anomalie au niveau des organes reproducteurs : endométriose, infection, tumeur, etc.

Le syndrome prémenstruel

L’absence de règles

L’absence de règles, ou aménorrhée, est dite primaire lorsqu’une femme n’a pas encore eu de règles après l’âge de 16 ans. Elle résulte alors généralement d’une anomalie génétique ou anatomique. Une aménorrhée est secondaire si une femme normalement réglée n’a pas de règles pendant trois cycles consécutifs. Elle peut être provoquée par une grossesse, une chimiothérapie ou une maladie : tuberculose, insuffisance rénale, adénome hypophysaire, anorexie, etc. Elle peut également être liée à la pratique intensive du sport ou avoir une origine psychologique. À partir de 40 ans, une aménorrhée associée à d’autres signes caractéristiques évoque un diagnostic de ménopause, qui peut être confirmé par un dosage sanguin des hormones sexuelles. Chez une femme plus jeune, l’aménorrhée secondaire peut également être le signe d’une ménopause précoce.

Le soulagement des douleurs menstruelles

Certaines mesures peuvent contribuer à soulager les troubles divers qui surviennent avant et pendant les règles, notamment les douleurs dans le bas-ventre, les maux de dos et l’œdème des jambes. Cependant, si les symptômes sont particulièrement intenses ou inhabituels, il est préférable de consulter un médecin.


Faites de l’exercice

La pratique d’un exercice physique régulier (marche, natation) serait bénéfique pour prévenir ou soulager les symptômes liés aux règles. Pour atténuer les douleurs abdominales, vous pouvez également adopter des postures de yoga comme l’arc ou le cobra.


Attention ! Si vous avez un problème de santé, consultez votre médecin avant d’entreprendre un programme d’exercices physiques. Certaines postures peuvent alors être contre‑indiquées. Si une posture ou un mouvement provoquent de la douleur, cessez de les pratiquer.

Mettez-vous au chaud

Comme la chaleur peut atténuer les crampes dans le bas-ventre, prenez un bain chaud ou appliquez une bouillotte ou une bouteille remplie d’eau chaude sur votre abdomen. Si ces méthodes ne sont pas efficaces, vous pouvez, au contraire, appliquer un sac de glace sur votre abdomen pendant une quinzaine de minutes.


Reposez-vous et relaxez

Avant et pendant vos menstruations, n’hésitez pas à vous reposer et à pratiquer des activités de relaxation : respiration profonde et régulière par le ventre, massage des zones douloureuses, etc.

Adaptez votre alimentation

Votre alimentation doit être équilibrée, riche en fruits et légumes. Favorisez également la consommation d’aliments riches en acides gras insaturés comme les poissons gras (saumon, maquereau, etc.), les huiles végétales, les graines, etc. Un bon apport en calcium, surtout présent dans les produits laitiers, serait également bénéfique. Veillez aussi à limiter votre consommation de sel et d’aliments excitants comme l’alcool, le café, le thé, les épices, les sucreries et les graisses saturées (viandes rouges, produits laitiers entiers, etc.).


Prenez des médicaments au besoin

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens comme l’ibuprofène peuvent atténuer les troubles liés aux règles. S’ils ne sont pas efficaces, un médecin pourra vous prescrire différents traitements bloquant l’ovulation et d’autres adaptés aux différents symptômes : médicament diurétique, antispasmodique, anxiolytique, etc.

 

Voir aussi :

Dans le Corps humain virtuel :

Dans le Dictionnaire visuel :

Dans les capsules encyclopédiques De Visu :

Dans le blogue ikonet :