Explorez par thème

Testez vos conaissances

Jeux

Le littoral : entre mer et terre

Le littoral désigne la zone côtière comprise entre la limite des marées basses et celle des marées hautes. Ce paysage en perpétuelle transformation subit l’action continue de la mer, des fleuves et du vent, et peut prendre des formes très variées selon la nature géologique de la côte.
On distingue deux types de côtes. Celles dites de submersion sont érodées par les vagues, qui frappent leurs parois rocheuses avec une force considérable (3 tonnes par mètre cube, et jusqu’à 50 tonnes lors des tempêtes). Les roches ainsi arrachées à la côte sont progressivement réduites en particules plus fines qui se déposent sur des côtes dites d’accumulation, où elles se mêlent aux sédiments fluviaux pour façonner un autre type de littoral.


De la falaise à l’écueil

Selon le type des roches qui les composent, certaines parties de la côte sont érodées plus rapidement. Il en est ainsi des falaises qui pointent vers la mer en formant un cap. L’eau creuse cette zone exposée et transforme une fissure en une grotte. Lorsque deux grottes communiquent, de chaque côté du cap, elles créent une arche. En s’effondrant, celle-ci laisse une aiguille qui se transforme ultérieurement en îlot ou en écueil. Là où la roche est plus tendre, le littoral affiche un creux qu’on appelle une baie.


Des plages et des marais

Le sable et les galets issus de l’érosion des parois rocheuses s’accumulent le long de la côte, formant une plage. Une flèche de sable peut fermer une baie, formant une lagune; et lorsqu’elle relie une île à une côte, on l’appelle un trombolo. À l’embouchure des fleuves se trouvent parfois des terres basses partiellement inondées : les marais.

La dérive littorale

Les grains de sable qui se déposent sur la côte ne se fixent pas de façon définitive; ils sont agités par les vagues qui les poussent sur le rivage obliquement, puis les entraînent perpendiculairement lors du reflux, avant de les ramener à nouveau de biais. Ce déplacement en dents de scie, nommé dérive littorale, finit par imposer un mouvement aux sédiments dans une direction précise.

Terre dérive littorale

Les différents types de côtes

- Le récif-barrière (ou île barrière) est une bande de sable qui s’allonge parallèlement à la côte, à une distance variant de quelques kilomètres à quelques dizaines de kilomètres. Derrière ce récif se forme un lagon.

Récif-barrière

- Certaines côtes sont le résultat d’éruptions volcaniques. Le récif corallien ou atoll, qui se développe autour d’une île volcanique, présente la forme d’un anneau encerclant un lagon.

Atoll

- Les fjords (mot qui signifie « longs bras de mer », en norvégien) sont des vallées qui ont été creusées autrefois par des glaciers puis envahies par les eaux. On les trouve en abondance sur la côte norvégienne.

Fjords

- Les deltas se forment à l’embouchure des fleuves. Ils résultent de l’accumulation et du dépôt de sédiments transportés par les cours d’eau.

Delta

- Une vallée fluviale submergée à la suite d’une élévation du niveau de la mer ou de l’affaissement des terres forme un ensemble de criques ciselant la côte, qu’on appelle des rias.

Rias

- Des accidents géologiques ont parfois modifié la côte en produisant des failles. C’est le cas de très hautes falaises côtières qui ont été découpées par des failles tectoniques.


 
 

Voir aussi :

Dans le dictionnaire visuel :

Dans les capsules encyclopédiques De Visu :

Dans le blogue ikonet :

Dans les jeux ikonet :